Mon vuus douet

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > Mon vuus douet

L'entend'ous la caunchon du p'tit russé
qui dégouleine le long des cilos du Vénoué ?
Matin et sé, ch'est lo qu'no-z'abreuve les vaques et les quevas...
L'iâo est reide cllaire, coume à la source !
Ch'est li, chu ruet lo, qui rempllit mon "vuus douet".
Déeus ou treis arlevaées par semanne,
les bouonnes fémes du couen arrivent aveu leus bourouettaes d'linge.
A genours dans leus hottes,
Les lessivyires mannient brosses et batteux sauns répit.
Mais, ch'est surtout les langues qui vont capuchi,
pour étrilli l'veisin et veudyi sa pouque à malice :
chaqueun en prend pllen sa pouquette !
"Et l'maire qui n'veut po qu'mon p'tiot communie !"
I fallait byin bailli à chaqueun son deu, paré !
A l'entou du vuus douet, ch'était mannyirement "Radio Pont-Raseu".
Parfeis, no prêchait d'ses minsères,
celles de s'n homme et d'ses p'tiots,
mais enco pu souvent des orhis du veisin...
Pendant chu temps lo, cha brosse et cha rinche,
et la crache des pouores gens dépote au fi d'l'iâo.
Ch'est lu sueu et lu minsère
qui vont s'perde à la mé !
Nos bouones fémes ont fini d'rinchyi leus déeus chiques.
O raterrissent aveur leus bourouettaes
qui dépurent le long du quemin...
Dans le douet, l'iâo s'est récllairchie et s'est purgyie.
Aveu lyi, ch'est la vie qui coule,
coume le p'tit russé qui nettie tout sur son quemin...
I r'troue sa belle iâo,
I s'est décrachyi tout seul, mon vuus douet !
J'creis byin qu'achteu no z'en beirait, ch'est pourqui !

Le Pont Rasé

Photo du Pont Rasé à Quettehou où une normande prend de l'eau à la rivière. Le lavoir, qui n'est pas sur la photo, se trouve en face. Photo du Pont Rasé à Quettehou

Résumé

Poème en patois normand par Gaspard Brey. L’auteur décrit les lavandières au lavoir du Pont Rasé à Quettehou.

Auteur

Ouvrage

Lien