Su la mé par Alfred Rossel

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > Su la mé par Alfred Rossel

Voir la partition
Partition: Su La Me - Alfred Rossel

Refrain

Quand je syis sû le rivage,
Byin tranquile: êt'-ous coum' mai ?
J'pense à ceuss' qui sount en vyage,
En vyage ou louan sû la mé.
En vyage ou louan,
En vyage ou louan, sû la mé.

Couplets

I.
La mé ch'est vraiment superbe,
Et j'aim' byin, quand i fait biaô,
L'été dans nous clios en herbe
La vaî s'endormin eun miot.
Mais quaund o s'fach', la vilaine,
Et qu'no z-entend de tcheu nous
La gross' vouaix de la siraine,
No z'en a quasiment poû.

II.
J'aim' byin dans les jours de faête,
Quand nous batiaôx sont à quai,
A l'abri de la tempaête
A Tchidbourg, comme ou Becquet;
Ch'est là qu'i sont l'mûx, sans doute,
Des trouais couleurs pavouaisâés;
Mais, la nyit, dans la Déroute
Hélas ! qu'i sont exposâés !

III.
Quand o saôt' pas d'ssus la Digue
Dont o fait tremblyi les bliocs,
Qu'à l'ancre l'vaisseau s'fatigue,
Ah, ver ! je pense ès mat'lots.
Arrverront-i-lûs villages
Et pourront-i-ratterri ?
J'avaons de si maôvais parages
De Barflieu jusqu'à Goury.

IV.
J'i deux fils dans la mareine
— Deux forts et hardis gaillards; —
L'eun revyint de Cochincheine,
L'aôtre de Madagascar.
I rentrent, lû corvâe faite;
D'y penso, no n'en vit pas,
Mais, que j'pliains, sans les counnaîte,
Ceuss' qui sont restâés là-bas.

Partition: Su La Me - Alfred Rossel

Résumé

Chanson en normand

Auteur

Ouvrage

Lien