La Pernelle (chanson en normand)

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > La Pernelle (chanson en normand)

Aller à la partition
Partition: La Pernelle - Alfred Rossel

I.
J’i byin vyagyi coum’ mat’lot,
J’counnais l’Havre et Saint-Malo,
Brest, Lorient, la Rochelle;
A terre ou de man batiaô,
J’n’i ryin r’merquyi de pûs biaô
Que l’point d’veue d’la Pernelle.

Parlé: Les Pont et Caôchyis ont fait eune route qui condyit à ch’t’heu jusqu’ou coupé d’la Lande. Ch’est raide eun miot, mais byin q’mode por ceusses qui sont sujets à la courcheu d’halanne. I peuvent s’y faire porto, à l’occosion, en vaiture ou en automobile. Mais, dites? Quand no n’est pas trop pressyi et qu’no z’a surtout tchi qu’eune à tchi prêchyi, ch’est enco pûs seu, et pûs agryiable, de passo par la “Cache Cliot”: Y a d’bouonnes plièches à l’ombre por s’assyire, si no veure, le temps de halo san ventm ou por guettyi, à san laizi, tout en merchant, l’admirable contrâe qu’on lisse par derryire sai, et qui paraît de pûs en pûs jolyie m’sure que no z’avanche.

Refrain:
N’y a po de pays pûs biaô
Q’nous campangn’ ou r’nouviaô
Veues du haôt d’la Pernelle,
Veues du haôt, veues du haôt d’la Pernelle.

II.
D’en haôt no vait sept cliochyis
Dans les fuliag’ annichyis,
Des fermes à tourelle,
De grands prés, d’jolyis cours d’iaô
Qu’encadre, ou louan, le radio
D’la mé souvent cruelle.

Parlé: Que le solei se lève sû Gattemare ou se muche à la nyit tumbante derryire les parouaisses de la côte d’Ava, illuminant les crouaizies des Eglyises et des maisüns, ch’est tréjoûs superbe. Vèr! Mais rapp’l oûs cha, principalement, à parti d’la Mi-Avri, quand, coumme no dit, le coucou est mort ou vi.

Au refrain

III.
La nyit v’neûn, dans nous sentyis
Sombres coum’ des alyis,
Voûtés cou’ des chapelles,
No trou’ parfaîs d’jann prom’neus
Contempliant la côte oux feux
Des phar’ et des étailes.

Parlé: I feut eun temps où j’aimais byin coumme tant d’aôtes, à faire eun p’tit tou à la fraîche aveuc ma cryiature ; mais danme! Tous l’z’ans douoze maîs ; j’i byin changyi por cha, car n’y a déjà eune pause que j’n’i entendu le cahuan dans les caches à l’heure où les jannes servants chantent le sai, en revenant de traire, mageine por s’enhardi.

Au refrain

IV.
J’counnaus, j’peux vos en prêchyi
Avranch’, le Mont Saint-Michyi,
Tchidbourg, et je m’rapelle
Que, sû l’Rouol’, je m’syis rendu
Por me payi le coup d’û
Et d’la rade et d’la Mielle.

Parlé: Eh byin, sav’ous cha que j’lû dis eune fais ou bas des petites rampes you que j’manquis de m’achâner et de prenre ma longueu en travêquant sû des cailloux qui me rouolaient sous les pyids:

Au refrain

V.
J’pliains cess’ qui sont dans Pa’is
Quand nous poummyis sont flieu’is;
Quand revyint l’hérondelle
No z’est mûx proch’ de Quett’hou,
D’vant Réville et Tatihou,
Que sû la Tour Eiffel.

Parlé: Que d’fais, je m’syis fait ch’te réflecion là en vayant cha qu’i vyint d’étrangyis passo l’éto tcheu nous ; ch’est qu’i s’y trou’ mûx qu’allieurs, pa’rai? Faôt l’ z’entenre dégouézi en braquant lûs lunettes d’approche sû l’Val-de-Saire qui s’étend, de d’pîs je n’sai po you, de l’aôte bord de Saint-Pierre Eglyise jusqu’ou diabble bouollyi, par Saint-Marcou et Sainte-Maraie-du-Mont. « Que ch’est biaô, qu’i font ». Ah! Vère!

Au refrain

Partition: La Pernelle - Alfred Rossel

Résumé

Chanson en normand

Auteur

Ouvrage

Extrait du livre "Alfred Rossel - Poésies et chansons" imprimé en 1933 sur les presses de la SIMAG à Asnières par la Société Normande "Le Bout de la Manche".

Lien