La Bouillie (chanson en normand)

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > La Bouillie (chanson en normand)

Aller à la partition
Partition: La Bouillie - Alfred Rossel

Refrain
Ch’est la bouillie asseurément
Qu’est le régal du vrai normand;
J’aim’ la bouillie, j’en syis groumand
Ch’est le régal du vrai normand;

I.
Pisquchest annyi faête ou village
Et qn’no s’est payi des violüns,
Ne pas chanto cha s’rait damage
Quand la neuch’ récliam des canchüns;
Le bruman de poûque j’n’oublie
M’a dit en me mouontrant l’bachin:
Tu vas nous chanto La bouillie
Eun sujet d’circonstanche ichin:

II.
Tous les mécchins nous font accrouaire
Qu’no n’dait baillyi à nous effants,
Ryin aôt’ cé que le lait d’lu mère,
Jusqu’à c’qu’i z’aient deuss’ ou trouais dents.
Ryin qu’du lait, ch’n’est pas d’la nour’ture,
Dans l’bib’ron, parfais, n’y a pas gras !
Es p’tits viaôx no dounn’ la bouéture,
C’que les nourrichons ne r’fus’ pas:

III.
Ch’est eun pliaisi de vaî nos paêles,
Byin étchuhâes, ou solei l’vant ;
Il en sort coum’ des étincelles,
Mai, j’pense à d’quai, quand j’pass’ devant :
J’pense à la bâss’, dans sa tchusaine,
En train d’détraquyi, dans du lait,
D’la flieu, c’qu’o noummez d’la faraine :
Vos d’vinâez tous chenna qu’o fait ;

IV.
La v’chin sû l’feu ; l’temps qu’o bouillote,
A cotô, guettyiz, donc, eun miot,
Frère et soeu, Pierrin et Charlotte,
Assis sû le même escabiao.
En v’la des effants qu’ont bouon’ maîne !
Cha crie la fanm à tout moment ;
Tréjoûs lû p’tit’ languett’ moulaine ;
Mais c’qu’i majuss’ le pûs souvent:

V.
Assis en rond, l’dos dans les herbes,
Ou r’nouviaô, so v’nez par tcheu nous,
Vos en verrez des brins superbes, -
De biaôx brins d’fill’, - les pyids terroux,
Qu’aim’ à s’en véchyi sous l’ombrage,
Eun guichon d’bair’ tout à cotô ;
C’qui les soutyint l’mûx sû l’ouvrage,
En tout’ saisûn, même en éto :

VI.
A Saint-Lô, chef-lieu d’préfecture,
No fit l’aôt’ jou eun grand banquet ;
Y avait jusqu’à d’la confiture,
Pasticie, vin, ryin n’y manquait ;
Et pourtant, si, j’i seu qu’eun maire,
S’levant d’tablle, en s’torchant l’babouin,
Dit : d’tant d’gâtiaôx no n’avait qu’faire :
J’aim’ mûx la bouillie d’sarrazin !

VII.
De d’pîs huits jours, les hérondelles,
Coum’ des flièch’, pass’ sû nous maisûns.
Le printemps arriv’ sû lûs ailes,
Y a des nids dans tous les bissons.
Quand les ouaiziaôx chant’ à tûe taête –
C’qui prouve qui z’ont l’parfait bouonheu –
N’oubliez pas qu’annyi no quête
Por soulagyi les malhéheux.

Partition: La Bouillie - Alfred Rossel

Résumé

Chanson en normand

Auteur

Ouvrage

Extrait du livre "Alfred Rossel - Poésies et chansons" imprimé en 1933 sur les presses de la SIMAG à Asnières par la Société Normande "Le Bout de la Manche".

Lien