La fête du Becquet par Alfred Rossel

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > La fête du Becquet par Alfred Rossel

I.
S'il est eun joli p'tit endreit,
A mans d'eunn' lue passaé l'Octroué
Et presque en fac' dé l'île,
Ch'est l'Becquet d' Tourlaville,
V'lo c'qu'en dînnaunt tout l'mound' sé disait
L'jou d'la fêt' du Becquet

II.
Chidbouorquais en vot'houneû
Qu'dès l'matin, nous patrouns pêqueus,
Sus lus barque docile,
Qui file, file, file,
Ount touos lus mât fleuri d'eun bôquet
L'jou d'la fêt' du Becquet

III.
Moussieu l'Maire, à déeus heures sounant,
Les Counseillis, tambou battaunt,
Et lé garde chaumpêtre,
Qu'est si countent d'en être
Lé fount coundir'par la Croué Mouré
L'jou d'la fêt' du Becquet

IV.
No f'rait byin lé viag' tout esprés
Pouor veî, traunquill' s sous lû siroués,
Les loups d'mé d'l'équipage
D'l'embarcatioun d'sâov'tage,
Qu'no pousse en graund à l'iâo dé d'ssus l'quai,
L'jou d'la fêt' du Becquet

V.
Lé canot plounge et, sé r'levaunt,
Ecllip'tous cheus qui sount souos l'vent ;
Mei, qui m'tyins par dérryire,
Jé n'peus m'emposaer d'rire,
Eun ryin amuse, eun ryin vous distrait,
Le jou d'la fêt' du Becquet

VI.
Vo sa'aez byin, y a loungtemps qu'no dit,
Qu'l'ai salin aigich' l'appétit.
N' crangniz la disette
Fâot qu'no s'restaure eunn'miette,
No n'prendrait-i qu'eunn' côn'dé chim'né,
L'jou d'la fêt' du Becquet

VII.
J'pueus byin vous l'dir', mais j'en rougis,
L'drényi coup j'y ai taunt mouogi,
J'trouvais l'gigot superbe,
Servi fumaunt sus l'herbe,
Qué, respé d'vous, j'en happis l'hoquet,
L'jou d'la fêt' du Becquet

VIII.
J'hoqu'tounais, j'hoqu'tounais tréjous, Quaund la bouorjouêse, oh ! qué j'eus pouô ! Né criyit à tue-tête : "Bei eun coup d'pus, gross' bête ! " Cha m'fit du byin, j'prins ma moqu'd'un trait L'jou d'la fêt' du Becquet

IX.
Jé r'vîmm's à pid par les Flamaunds ;
L'ai était tièd', lè cyil charmaunt.
Im'semblait, dauns les mielles,
Qué l'Bouon Dieu, d'ses éteiles,
Poudrait d'l'or sus la mé qui fiambait,
L'jou d'la fêt' du Becquet

X.
Veit, jé'r'vînn' s touos par les Flamaunds,
La côte a byin ses agréments.
Mais, coum disait Tiophile :
"J'verriouns pûs d'gens d'la ville,
Si l'quémin d'fé d'Barfieu founctionnait
L'jou d'la fêt' du Becquet

Résumé

Chanson d'Alfred Rossel.

Auteur

Ouvrage

Lien