Fâot que no s'embrache par Alfred Rossel

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > Fâot que no s'embrache par Alfred Rossel

I.
M's ouncll's ount touosdes p'tiois par triv'lainnes ;
Dé d'pis la Moun'nie és Brûlins,
J'n'ai guèr' mans dé trent chinq couseinnes,
Sauns prêchi d' mes cousins germains ;
Les fil's né sount pyich' brin vilainnes,
Et, si p'tit couortisaun qu'no seit,
Fâot, pas mans, s'torchi les babeinnes, Et l's embrachi, quand no les veit.

Refrain
Pis qu' ch'est l'usage par tcheu nous,
Fâot qu' no s'embrache à ch'queun treis coups
Treis coups, treis coups, Tréjous treis coups, treis coups, treis coup.

II.
Lé prémi coup, danm', cha n'coumpf' guère,
L' déeusîm, ma feint', pas biâocoup ;
N'y a qu'ou treisîm' qu'cha qu'menche à faire,
C'qui n'empêch' pas dé s'dir' boujou :
Boujou Nâonoun, boujou Marie,
Et la sauntaè, coument qu'cha va?
Assaez jolîment, j'vous r'mercie.
Ah! taunt muus, byin ais' d'entend'cha.

III.
Lé jou des neuch's dé men biâo-frère,
Qui m'print pouor sen garçoun d'honneû
Je n'maunquîm's pas dé b'sougne à faire :
A tablle, j'étiouns seissaunt'-déeus.
Ch'est mei qui r'chévais les veitures,
Qu'arrivaient chergies dauns l'hanmé ;
En sâotaunt bas, les criyatures
Sé pendaient tout's à l'entou d'mei.

IV.
Ch'était la saisoun des bûn'quênes,
Qui, l'sei, fount taunt couori... l's éfaunts ;
L'coucou chauntait dauns lhâot des quênes ;
Douonn' saisoun pouor ma'ier les gens,
Qué m'dit, en jostaunt, Jeann'tounette,
Mei, j'en d'vins rouog' coume eun picot ;
Ryin qu'd'y pensaer, l' quoeu m'en bulette,
I m'semblle qué j' l'entend enco.

V.
En c' qu'est d' cha, vo pouavez m'en creire,
Oussin vrai quéj'syim's dé bouomi's gens,
Cha vyint d' naîtaè, dauns l'Val-dé-Saire,
Que no s'embrache entre parents.
Quaund no n'a ni taunt's, ni couseinnes,
Ch' n'est pas-t-embarrassaunt, pa'rai?
No peut embrachi ses veiseinnes, Qu'est qu'vo v'laez, ch'est si naturè!

Résumé

Chanson d'Alfred Rossel.

Auteur

Ouvrage

Lien