Le pays Quettehouais par Alfred Mouchel

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > Le pays Quettehouais par Alfred Mouchel

Quouê qu’je n’sèis po Quetthouais d’naissainche
Cha n’empêch brin qu’du fond du thioeu
Je rabêti d’çu couen d’la Mainche
Ou s’épanouit l’pu bé, I’meihieu.

J’convîs qu’nou finit parse pliaère
You qu’nou vit sous le mèim’ couen d’cyil
J’di cha, car j’vouraès po faèr’ crèire
Que l’endret est tout seu sü mill!

Byi seur, y en a d’âot’s remptyîs d’charme
Briqbé, la Rhague, l’Cotentin
Mais, ch’est permins de d’fende sains arme
Son couen qu’les gens d’vill’ noum’nt “patt’lin”

D’partout dans Ia caimpongn’ Normainde
Ch’est lo qu’ya l’pu d’vert en fouillyîs
Couêffaint dru cach’s, boués, cIios, laindes
Pèq’ véchounâs d’ourm’s et d’poumyîs

Les ronches, l’jain, le diabe en rhaée
Et la fügir’ amont l‘Rabey
Bordent les r’paèr’s et chaq’ futaée
Si ch’est brossu, ch’est quaind mèim’ bé!

Byin’ entendu, cha qui s’faôfile
Arcouvrirait I’terraen sains r’tard
Si la faôx, l‘dard ou Ia faoci^le
Un bail ou deûz, n’passaient nul’ part.

L’brav’ normaind qu’ador’ les chiconnes
Trache itou des p’tits rabêcots
Car, byi des rhaèes sont mitouèyeonnes
Et l’vèisin n’souffr’... ni poul’s ni coqs!

La vraie frontyir’du Val de Saère
Prînse de par t’chu meì s’entend
T’a qu’faèr’ de rousset ou de r’paère
O va jusqu’ou l‘salin su l’ vent.

Si chaq’ vivaint avait la tûche
De s’emplyi l’s-zûrs alaintou d’Ii
Y jug’rait que du coup s’démuche
Tout c’qu’est naturé et joli.

Montâz vaèz sû la tou d’l’Eghyïse
C’que l’graind mond’ noum “Panorama”
Voû r’luq’ râz dans l’souffiet d’la brise
D’què d’byi mûx qu’eun’ veue d’cinéma.

Et voû serièz impardounabe
De rapasso I’su d’Saint-Vigor
Sains zieûto son d’dan admirabe
Cerclyi d’vitraux rouog’s coum’décor.

N’import’y ou qu’chaq’ rayon taimbe
No s’imagein’n qu’cha va prenr’ feu
Ch’est parait-y... le styl’ qui fiaimbe
L’diab’dèit iêt’r fo d’perd’sa couleu!

Des Mâsses ou derrir’ Thybosville
Sû les côtis face a la me
Nou-z-y ye par temps cliaè d’Jonville
Jusqu’à byi’n oû d’su du graind Vèy.

Derrir’ta forte et firte R’Hougue
Copaint d’acourt le vûx t’chu d’loup
Brin élouègnie, Tatihou s’bougue
L’s îl’s Saint-Marcou dorm’nt à I’aôt bout.

J’prétends, car j’y cha dans I’idaèe
Que l‘syl qu’a po d’giètti s’bogni
L’solei ou La leun’ dans Ia baée
N’a co ryi veu dans I’jou d’agni.

Y a po d’artis’s (s’rait-y prix d’Rome)
Qui peut peinturluro sû l’vi
L’or ou l’argent jouaint sous l’graind dôme
Pour l’uniq’ pliaisy d’l’yu ravi.

Parfèis quaind la houle atchulâe
Vers I’ouêtrir’ taimbourain’n Ie creûx
Faôt prévêt pu d’eun’ dépouêlae
A peone oû boût d’un jou ou deûz.

L’nerveux qu’aim’ po trop Ia graind’ blieue
Peut s’glyichi sous la d’mi cliarto
Si r’posainte et si byi couneue
D’I’arbe à la faee et s’y gîto.

Y restera la goule ouverte
Quaind filtreront les raies d’solei
Dans l’Rabey et ses fûtaèes vertes
Qui dainchent coum’ un feu foltet.

Si l‘envie li prend d’faèr’ mayionne
Y n’pourra dormin qu’d’un seul yu
Car, les brits se mettront en peonne
Cha n’s’rait-y qu’l’étchureul goulu.

Ahsteu qu’j’y déchargi d’un viage
Tout chen’na qui déborde en mèi
D’oû qu’voû seyîz: Bouen courage!
Byin’ à fond, sachîz tout “aimer” !

Résumé

Alfred Mouchel est un auteur patoisant de Quettehou.

Auteur

Ouvrage

Lien