L'éghïse Saint Vigor

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > L'éghïse Saint Vigor

Je n’counais po d’quett’houais qui n’aim’ sa vûll éghïse
Si firtement juquie sû l’grimp’let d’Saint Vigor
Aveuc sa tou carrâe tréjoux chornâe d’la brise
Gorgie d’lodeu d’salin r’foulâe du graind décor.

D’oûssi louen qu’perchent l’zûrs s’décopent oû d’la des îles
Les abords remplyîs d’glouair’ du graind débarquement
Taindi qu’sû la Pernell’ et pu bas vers Jonville
Ch’est si bieau qu’le rhorzan s’figue d’éberlûment.

Qu’no pass’ par l’porta ou byi par la p’titt’ porte
Dévôts ou brin dévots no fait son seign’ de croué
Car no-z-est pénétro en sei d’féchon si forte
Par çu d’dan d’cathédral’ graindiose y faôt l’avoué.

Ses bouaiz’ries, ses murs nus coum’un fraid monastère
Voû disent : ichin creyaînt, no z-est dans un Saint-lieu
Qu’est fait pour médito et vouè pou la prière
Sous l’yu d’la byin’ heureus la servainte oû Bouen-D’gieu.

L’abbé Gohier qui fut un rude et graind chanouonne
Fit piéchi un bieau jou des égaluaints vitraux
Qu’ont des r’fiets d’arc en cyl, fondaint sû chaq’ personne
D’l’autel au thioeu, d’la nef, jusques es fonts baptismaux.

Résumé

Auteur

Ouvrage

Lien