La Hougue

Vous êtes ici:   Bienvenue > Découvrir > Culture > Littérature > La Hougue

Hougue ! v’la chinquainte ains qu’je t’admir’ de t’cheu mèi
Ton fort aveux firto s’mir’ chaq’ jou dans’ nouot’ mè
Byin que tu sèis ahsteu byin pu que chent’naère
Tu ne craens brin les vents de terre ou d’Anglieuterre.

Quaind le p’tit jou s’évill’ oû fin faônd d’l’horizon
Qu’le soleil en s’levint par sû les touêts d’maisons
Mouôtre l’ribain d’aèrgent déroulo souôs le nuage
Ch’est le moment chouêsi d’vaèz l’astre qui… surnage.

Ton puissant gabarit qu’est byin signi Vauban
T’vaôt des Val de Sairais à chent pouor chent un ban
De louen l’Cotentin d’vèi aveuc san miot d’envie
Car, pouor’ seûr, dans nouot’ coeu, t’as un p’tit couen à vie.

Dès qu’la houole at’chulâe groune dans le t’chud’loup
Qu’san fliot calmo lèque douochement par à coups
L’galbe du rivage couom’ des touoches amouoreuses
Le goût d’arvenaèz-y r’commench’ dès l’flieux des heures.

Les rives de la baie sont nouot’ « Riva Bella ! »
Ch’est si vrai qu’le rhorzan l’éta, dit « m’arvela ! »
Quaind y veut, l’solei brill’ sû la rosâe chaimpêite
Aveuc des tons pastel, pouor ‘ le bouon’heux des mouettes.

Résumé

Dédié à l’ami sincère René Travert en souvenir de sa réélection de sénateur de la Manche.

Auteur

Ouvrage

Lien